• Bibliographie et webographie:

    Cette liste n'est pas exhaustive et sera complétée

     

    Mobilisation de ressources en ligne:

     

    Quotidiens en ligne :

     

    -          L’Orient-Le Jour

    -          Al-Ahram

    -          Le Figaro

    -          Libération

    -          Le Monde

    page Moyen Orient

    -          Le Monde Diplomatique

    -          La Presse Tunisie

    -          L’économiste maghrébin

     

    Sites d’informations :

     

    -          Orient XXI

    -          Les Clefs du Moyen-Orient

    -          Diploweb.com, la revue géopolitique

    -          Jeune Afrique

    -          La Tribune de Terre-Sainte (Chrétiens d’Orient)

    -          Arabsthink.com

    -          Culture et politique arabes

    -          Free Arabs (groupe de chercheurs, bloggeurs, journalistes et activistes)

    -          Geopolis

    -          Observatoire de l’islamisation

     

    Organismes internationaux :

     

    -          Atlantic Concil, Cyber statecraft

    -          Syrian Observatory for Human Rights

    -          SANA, l’agence de presse arabe syrienne (organisme du régime de Damas)

     

    Comités de chercheurs :

     

    -          IREMMO

    -          IFPO

    -          CCMO (Comité des Chercheurs sur le Moyen-Orient)

    -          Confluence Méditerranée (annonces de colloques, réunions et blogs)

    -          CF2R

    -          L’université de tous les savoirs (compilations de conférences)

     

    Blogs :

     

    -          De Bagdad à Jérusalem, l’Orient indiscret par Georges Malbrunot sur le Figaro

    -          Le blog d’Antoine Sfeir

    -          Géopolitique au Moyen-Orient par Jean-Baptiste Beauchard

    -          QUESTIONS D’ORIENT QUESTIONS D’OCCIDENT par Jean-Paul Budry

    -          Géopolitique de l’Iran

    -          Chroniques orientales par Delphine Minoui sur le Figaro

    -          The Arabist

    -          Géosophie, le blog de Sophie Clairet

    -          Pour un Maghreb libre et laïc

    -          L’Orient expressif par Zineb Zellag

    -          Un Œil sur la Syrie par Wladimir Glasman via le Monde

     

    Cartes géopolitiques évolutives :

     

            -          VisibleWars

     

    Culture arabe :

     

    -          L’Orient littéraire

     

    Revues :

     

    -          Moyen-Orient (articles disponibles sur le site Internet en libre accès)

    -          Carto, le monde en cartes

    -          Questions internationales

     

     

    Ouvrages de lectures

     

    Études du monde arabe et littérature de témoignage :

     

    -          Gilles Kepel, Passion arabe. Journal, 2011-2013, Paris, Gallimard, « Témoins », 2013

    -          Jean-Pierre Filiu, Je vous écris d’Alep ; au cœur de la révolution syrienne, Denoël Impact, 2013

    -          Georges Malbrunot, Des pierres aux fusils, Paris, Flammarion, 2002

    -          Nasser al-Bahri avec la collaboration de Georges Malbrunot, Dans l’ombre de Ben Laden ;  révélations de son garde du corps repenti, Neuilly sur Seine, Michel Lafon, mai 2011

    -          Christian Chesnot et Georges Malbrunot, Qatar, les secrets du coffre-fort, Paris, Michel Lafon, « J’ai lu », 2013

    -          Jonathan Littell, Carnets de Homs, Paris, Gallimard « NRF », 2012

     

    Géopolitique et réflexions universitaires :

     

    -          Philippe Boulanger, Géographie militaire et géostratégie ; enjeux et crises du monde contemporain, Paris, Armand Colin, « Collection U », 2011

    -          Vincent Thébault (directeur de publication), Géopolitique de l’Afrique et du Moyen-Orient, Paris, Nathan, « Nouveaux Continents », 2006

    -          Frédéric Lasserre, Emmanuel Gonon, Manuel de géopolitique, enjeux de pouvoir sur les territoires, Paris, Armand Colin, « Collection U », 2008

    -          Bruno Étienne, L’islamisme radical, Mesnil sur l’Estrée, Hachette, 1987

    -          Maxime Rodinson, L’islam politique et croyance, Paris, Fayard, 1993

    -          Maxime Rodinson, La fascination de l’Islam, Paris, La découverte/Presse Pocket, « Agora », 1989

    -          Bernard Lewis, Le retour de l’Islam, Paris, Gallimard, « folio histoire », 1985

     

    Culture d’Orient :

     

    -          André Miquel, L’Islam et sa civilisation, Paris, Armand Colin, Septième édition avec la collaboration de M. Henry Laurens, 2003

    -          André Miquel, L’islam, du Golfe aux Océans, Paris, Hermann éditeurs des sciences et des arts, 1994


    votre commentaire
  • L'Arabie avant le Prophète Muhammad

    (1/2)

     

    Les actualités du monde arabe paraissent, au jour le jour parfois difficilement compréhensibles lorsque l'on s'y intéresse à travers un prisme strictement occidental. Les pratiques de l'islam semblent en effet souvent "décalées" vis-à-vis de nos pratiques dites "occidentales". Pour éviter de tomber dans ce que certains nomment "islamophobie" (même si le terme est discutable car sa définition est très bancale) par ethnocentrisme, il s'agit de prendre la religion et la société islamique à ses racines, c'est-à-dire à l'époque médiévale, qui, comme souvent, constitue une période explicative de beaucoup de phénomènes actuels.

     

    Les sociétés musulmanes sont imprégnées par le religieux. Religion et politique sont strictement indissociables. Le fondement de la société islamique repose sur le Coran c'est-à-dire la Tradition (Sunna) qui est basée sur les Prédictions du Prophète Muhammad.

    Le religieux régit et donne des règles dans le cadre de la vie privée et familiale mais aussi dans le système éducatif. Encore aujourd'hui, on retrouve des madrasas, ces écoles d'origine moyenâgeuses, établies pour diffuser la parole religieuse et l'enraciner chez les nouvelles générations, gage du renouvellement de la foi dans la société.

    Les origines de la religion sont à chercher en Arabie et à dater en 622 c'est-à-dire au début de l'ère hégirienne.

     

    Étymologiquement, îslam veut dire "Soumission" et il s'agit bien entendu d'une Soumission (dans son sens honorable) à Dieu.

    Mais l'islam n'est pas qu'une religion. C'est aussi l'établissement de règles et de préceptes de société et de politique: dans ces cas là il s'agit de parler de l'Islam (avec une majuscule au i introductif). L'Islam attrait donc aussi à l'organisation de la société puisqu'on trouve dans les Textes saints des précèptes  et des fondements relatif à l'organisation de la vie sociale dans la terre d'Islam (dar al-islam). Cette collusion originelle entre précèptes religieux et précèptes sociaux montrent bien qu'il n'y a, dès le début, aucune distinction faite entre religieux et politique. La civilisation islamique est donc, au fondement entièrement basée sur le Coran.

    Le Coran constitue le texte saint de l'Islam et en fait une religion du Livre telle le christianisme (la Bible) ou le judaïsme (la Torah). Le mot Coran se traduit al Qo'ran en arabe et signifie: récitation. Le texte représente directement la parole de Dieu. De facto, la langue arabe prend une dimension sacrée et religieuse importante puisque l'arabe est la langue choisie pour représenter la religion. La diffusion de la langue va être permise via la diffusion massive de l'Islam.

     

    D'un point de vue chronologique, l'Hégire débute le 16 juillet 622. Le départ de Muhammad, son expatriation (hidjra) le conduit de la Mecque vers Médine. 

    Dans cette rubrique introductive à finalité vulgarisante, deux grandes périodes vont être présentées dans leur mise en place:

    - dans un premier temps, la période de vie et de domination du Prophète;

    - puis celle des quatres califes dits Râshidûn entre 632 et 661.

    Nous tenterons aussi de présenter les trois grandes dynasties arabes qui vont dominer l'Orient médiéval, le monde arabe: les Omeyyades, les Abbassides, les Fatimides, mais aussi l'Occident c'est-à-dire l'Espagne et le Maghreb occidental (al-Mashriq).  L'arrivée au pouvoir et la période de maintien de ces dynasties vont constituer l'apogée du pouvoir de l'Islam entre le 7ème et 11ème siècle.

    La fin de la dynastie abbasside en 1261 suite à la prise de Bagdad par les Mongols marque le morcellement du monde musulman et une suite logique à une longue période de décadence. Le pouvoir échappe aux grandes familles arabes et passe dans les mains d'autres peuples parallèlement au développement d'un Islam occidental qui échappe à tout contrôle de l'Orient.

    Au début du 13ème siècle, les Chrétiens reprennent définitivement le dessus sur les Musulmans du point de vue militaire: cela se traduit par l'union des seigneurs espagnols qui écrasent les troupes almohades à la bataille de Las Navas de Tolosa et du point de vue politique par la prise en charge progressive des pouvoirs locaux suite à la période des taifas après la grande fitna morcellant le califat omeyyade de Cordoue.

    Le 11ème siècle dans l'Orient musulman inaugure l'effacement progressif de l'islam au profit d'une montée majeure de l'Occident chrétien:

    -> Essor économique de l'Europe: les marchands italiens sont particulièrement puissants et contrôlent le commerce en Méditerranée et dans les pays arabes.

    -> Les avancées culturelles du monde musulman commencent à stagner et l'héritage de l'Antiquité est capté par les européens.

    -> Essor démographique et militaire de l'Occident marqué par le phénomène des Croisades qui traduisent une grande inversion des rapports de forces au profit des Chrétiens. Le grand front devient al-Andalus avec la Reconquista.

     

    Questions d'Orient - Le 25 mai 2014


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires