• Syrie: les atrocités djihâdites reconnues par Amnesty International

    Syrie: 

    les atrocités djihâdistes reconnues par Amnesty International

     

    Enlèvements, tortures, exécutions par décapitations, fouets, isolements dans des conditions sanitaires terribles. Voilà que Amnesty International, qui n'avait encore jamais déclaré quoique ce soit sur les atrocités syriennes qui sont aussi le fait des groupes djihâdistes, accuse ouvertement les groupuscules en forte augmentation actuellement. C'est EIIL que l'ONG vise particulièrement. Etat Islamisque en Irak et au Levant est un groupe islamiste parmi les plus puissants actuellement en lutte contre le régime de Damais...mais aussi contre ASL (Armée Syrienne Libre) ou encore contre les citoyens syriens qui fument...

    D'autant que ce ne sont pas les vidéos à l'appui qui manque pour prouver la nature de la plupart de ces groupes islamistes, qui ont récemment pris leur indépendance vis-à-vis le l'Etat-major du CNS et de l'ASL. 

    Les exactions auraient lieu dans sept prisons secrètes sur le territoire syrien encore contrôlé par l'opposition islamiste. L'ONG a aussi révélé que parmi les prisonniers se trouvaient des enfants de huit ans voir moins. Ces derniers, comme tous les mineurs seraient soumis au fouet et à des conditions "cruelles et inhumaines". 

    Les scènes décrites par des prisonniers sont incroyables. On parle d'un juge (on pourrait dire bourreau je pense) jugeant avec une ceinture d'explosif à la taille dans un cadre de "procès grotesquement inique". Les peines seraient déclamées en quelques minutes. 

    Parce que bien sûr ce n'est pas tout d'emprisonner. Les terroristes bafouent aussi les règles de la justice en créant localement leur idéal (qu'ils veulent imposer à tout le pays par la suite): le tribunal islamiste régit par la charia, la loi islamiste. La solution est simple: on tranche la tête ou un décapte le dos à coup de fouet (ou de cables d'après des prisonniers). 

    Alors qui sont les victimes? L'ONG l'a clairement fait comprendre en accusant EIIL "de piétiner impitoyablement les droits des habitants locaux". Les victimes sont de tout type: des meurtriers, des gens qui auraient fumé, des gens qui auraient eu des relations sexuelles or mariage ou...encore mieux qui seraient en lutte contre le régime mais dans d'autres organisations. Des dizaines de militants, de journalistes citoyens ou de journalistes étrangers ont aussi disparu ces derniers mois dans les grandes villes syriennes."Après avoir souffert des années de la brutalité du régime [du président Bachar al-Assad], les habitants de Raqqa et d'Alep souffrent maintenant de la tyrannie imposée par l'EIIL". Ce sont les paroles de Philip Luther, le responsable d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord rapportées dans France 24 ce jeudi 19 décembre. 

    Amnesty a aussi demandé à la Turquie et aux pays du Golfe de contrôler leurs livraisons d'armes et d'éviter que ces dernières parviennent dans les mains des djihâdistes ce qui était arrivé durant la crise libyenne...même si on peut se demander si les mauvaises livraisons aux mauvaises adresses n'étaient pas volontaires...petite erreur de courier. Peut-être rien à moyen terme mais à long terme?? 

     

    Questions d'Orient/ Le 19 décembre 2013


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :